All Around

Création originale | musique Régis Huby | livret Yann Apperry

 

Régis Huby transpose son univers musical dans une fable naturaliste de l’écrivain Yann Apperry et nous emporte dans le tourbillon d’une œuvre étonnante et captivante. Au cœur de la ville, une jeune fille contemple de sa fenêtre le vaste et mystérieux terrain vague qui s’étend en face de chez elle. Ce paysage jonché de détritus colorés est le point de départ de l’aventure, de sa fuite loin de la ville à son odyssée au cœur d’une nature enchantée. La puissante et vibrante comédienne-chanteuse Maria Laura Baccarini habite ce conte initiatique chanté en anglais. Sa voix souple, suave, chargée d’orages, mutine ou encore inquiétante, module avec les arrangements musicaux et se lie à la richesse de leurs climats issus du folklore celte, audacieusement teintés de pop et de rock. Dix pupitres, parmi les plus grands noms de la scène jazzistique, offrent des reflets éclatants à cette fresque originale qui porte, en dehors des sentiers battus, les thèmes pressants et actuels de l’écologie et du retour à la nature.

Maria Laura Baccarini (voix), Sabine Balasse (violoncelle), Jean Marc Foltz (clarinette bass), Catherine Delauney (clarinette), Bruno Angelini (piano), Jean Marc Larché (sax ténor), Yves Rousseau (contrebasse), Guillaume Séguron (contrebasse – guitare basse), Olivier Benoit (guitare électrique), Christophe Marguet (batterie)

CD Abalone Productions

http://abalone-productions.com/boutique/all-around/

 

12193685_437258479809305_864286152721401600_n

photos Jeff Humbert

 

Régis Huby signe All Around, un projet ambitieux à la jonction de plusieurs influences et qui échappe allègrement à toute forme d’étiquetage. Il transporte ici sa musique dans une fable naturaliste de l’écrivain Yann Apperry qui, breton comme lui, puise dans le folklore celte pour narrer un conte en anglais qui esquisse en filigrane et en neuf actes une vision ésotérique du réchauffement climatique : la forêt s’égare et s’éloigne des hommes pour se rapprocher de ses habitants éternels, les oiseaux, ou supposés tels, les lutins. C’est ainsi que des morceaux comme « Amnesia » ou, dans une moindre mesure, « In The Deep » prennent des atours de gavottes aux arrangements ourlés. Ce travail sur le folklore comme matériel d’une écriture qui le transcende fait immanquablement songer à Berio et ses Folk Songs ou à Aaron Copland, auquel Huby fait d’ailleurs allusion.

Mais ces fausses pistes subtiles laissent aussi une large place à des formats pops élégants et à des rythmiques luxueuses portées par Christophe Marguet (batterie) qui, à l’instar de Tchamitchian à l’archet, s’offre des échappées belles discrètes mais d’une grande habileté, dans une masse harmonique en perpétuelle révolution. Comme au sein du Circum Grand Orchestra dont il est un des artisans, le jeu du guitariste Olivier Benoît, appuyé par le contrebassiste Guillaume Séguron, progresse par boucles structurantes (on pense à Steve Reich) ; celles-ci peuvent se fissurer à tout instant – le chorus de « All Around » – dans une envolée qui porte la voix de Maria Laura Baccarini, splendide de bout en bout.

 

Régis Huby

Régis Huby

Yann Apperry

Yann Apperry

 

Ce canevas est enluminé par le remarquable travail des soufflants. Catherine Delaunay à la clarinette, Roland Pinsard à sa cousine basse et le fidèle Jean-Marc Larché aux saxophones forment un contre-chant au violon omniprésent et au violoncelle bâtisseur de Sabine Balasse. Cette direction ambitieuse s’expose en longueur dès la première pièce, « Into The Forest » où l’entremêlement des timbres texture chaleureusement les strates profondes d’une musique dense où chacun trouve son espace dans le bouillonnement collectif. Conçu comme une œuvre lyrique, All Around « tourne » littéralement autour de la voix souple, tantôt suave, tantôt chargée d’orages, tantôt mutine, tantôt inquiétante de Maria Laura Baccarini. Cette comédienne/chanteuse constamment juste et inspirée rehausse la poésie subtile du texte d’Apperry. En quelques années, elle s’est imposée parmi les voix les plus intéressantes et les plus malléables d’aujourd’hui, susceptible de s’insérer dans tous les univers (elle succède notamment à Jeanne Added dans le « Poète, vos Papiers ! » d’Yves Rousseau).

Ce conte initiatique est symptomatique d’une tendance à allier musiques raffinées et poésie onirique, avec la volonté fière et intransigeante de ne pas se laisser enfermer dans un style. Au vu du résultat, on ne peut que s’en réjouir.

Franpi Barriaux ( Citizenjazz )